Vacances… Vraiment ?

Cette année scolaire 2017-2018 fut un bon cru.

Peu de déconvenues et beaucoup de magnifiques rencontres et de merveilleux moments, ainsi que quelques salons des plus sympathiques.

Finis, pour quelque temps, les dĂ©placements, les trains, les avions, les cars, les hĂ´tels, les grèves…

Les profs et les enfants sont en vacances… ou presque.

Mais les auteurs, que font-ils de leur été ?

Pour les autres, je ne sais pas trop, mais moi, j’entre en Ă©criture pour de longs mois… Jusqu’en dĂ©cembre, en fait. MĂŞme si, cette annĂ©e, de nombreux projets sont susceptibles de dĂ©marrer dès la rentrĂ©e, ce n’est qu’en 2019 que je reprendrai pour la 21ème annĂ©e consĂ©cutive mon bâton de pèlerin.

D’ici lĂ , j’aurai beaucoup beaucoup, Ă©crit: seule ou magnifiquement accompagnĂ©e : Pascal, Nancy, Matthieu et… Je ne vous en dis pas plus pour le moment.

Je vais donc mettre mon site en pause estivale et vous souhaite à tous le plus merveilleux des étés à lire, lire et lire encore.

 

 

 

Une exceptionnelle rencontre…

Je n’ai  pas toujours le temps d’evoquer les rencontres qui,  en cette période, se succèdent à un rythme effréné. Mais je ne peux faire l’economie de parler  de celles qui me touchent tant par leur préparation que par la qualité des échanges.

Ce fut le cas au  collège Jean Monnet de Saint-Ciers en Gironde. Un immense merci à la documentaliste et au groupe d’élèves rencontrés.

J’ai passé un formidable moment en votre compagnie !

 

Une sacrée leçon de vie !

Une rencontre exceptionnelle avec une classe exceptionnelle d’enfants “grains de sable”

Collège Simone Veil à Châteaurenard
Classe de 6eme
La Prof : Anne V.
La classe : 4 AVS, et 19 enfants avec chacun un ou plusieurs grain de sable, si nombreux qu'à eux tous ils pourraient en construire un château, me disent-ils.

Ils me recensent leurs grains de sable ; dyspraxie, dysorthographie, dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, multidys, prĂ©cocitĂ©, hĂ©miplĂ©gie…
ils m’ont Ă©crit une pièce en un acte.
Extraits :

“Le grain de sable qui est le plus frĂ©quent dans la classe c’est celui de la dyslexie. Dans la classe on est nombreux Ă  l’avoir celui-lĂ  et il nous complique bien la vie.
Moi, en plus d’avoir une dyslexie j’ai un cocktail de grains de sable qui s’appellent dysorthographie, dysgraphie.

J’ai du mal Ă  me repĂ©rer dans l’espace et j’Ă©cris comme un chat, tout petit, et je n’arrive pas Ă  me relire…”
Une rencontre avec des enfants qui me donnent Ă  moi, l’adulte, une sacrĂ©e leçon de vie. 

La vie des auteurs jeunesse n’est pas un long fleuve tranquille…

La vie des auteurs jeunesse, contrairement Ă  ce  que l’on pourrait penser n’est par un long fleuve tranquille du fait d’un statut prĂ©caire et de revenus alĂ©atoires. Et voilĂ  qu’une nouvelle tuile nous tombe sur la tĂŞte. Pour vous expliquez de quoi il s’agit je laisse la plume (ou plutĂ´t le clavier) Ă  CĂ©cile Roumiguière qui dit les choses bien mieux que je n’aurais su le faire,

 

Shéhérazade : les raisons de la colère

une nouvelle page…

Une page se ferme, une autre s’ouvre…

Que cette annĂ©e 2018 soit source pour vous, chers lecteurs, de joies, de bonheurs et d’une infinitĂ© de plaisirs de lectures…

Ă€ partir de la mi-janvier, je repartirai sur les routes de France, de Navarre, de Suisse et d’ailleurs, Ă  votre rencontre, pour Ă©changer, partager, s’Ă©mouvoir ensemble.

Je vous dis Ă  très bientĂ´t…

Et pour bien commencer l’annĂ©e, que diriez vous d’une bonne dose d’humour et d’aventures…