Une fin et un début de semaine dans le Nord

Ce fut un réel bonheur de passer cette journée de la Librairie indépendante à Saint-Omer, en compagnie de Sandrine son équipe, les libraires de Mots et Merveilles, un amour de boutique qui vaut vraiment le détour.

Un grand merci Ă©galement Ă  Olivier, d’avoir pris le temps de nous faire dĂ©couvrir la splendide salle du Patrimoine de la MĂ©diathèque, oĂą tout Ă©crivain rĂŞverait d’ĂŞtre enfermĂ© !

Lundi matin, je mettais le cap sur Villeneuve d’Ascq, Ă  la rencontre de deux classes du collège Simone de Beauvoir.

La prof de français avait fait l’audacieux pari de faire lire Ă  ses Ă©lèves de 5ème, Tant que la Terre pleurera (Casterman), texte difficile sur le conflit israĂ©lo-palestinien. Je l’en remercie, ainsi qu’Estelle, la documentaliste, pour la gentillesse de son accueil.

Quelques images souvenirs (déjà!) du Salon de Sarlat

Les salons sont des parenthèses enchantées, des escales en points de suspension qui nous sortent de nos bureaux, ateliers, écrans, cahiers, pour aller à la rencontre de ceux qui font vivre nos livres, nos textes, nos dessins.

En tant qu’auteur je n’existerais pas sans cette multitude de prescripteurs que sont les organisateurs de salons, les libraires, les bibliothĂ©caires, les blogueurs et les blogueuses, les enseignants, sans oublier les bĂ©nĂ©voles qui agissent souvent dans l’ombre et qui contribuent Ă  la rĂ©ussite de ces Ă©vènements. Qu’ils en soient tous chaleureusement remerciĂ©s.

Et puis les salons c’est l’occasion de voir ou de revoir des auteurs, ceux avec qui je papote sur FB par Ă©cran interposĂ© et ceux dont je fais la connaissance et qui viennent Ă  chaque fois agrandir le cercle amical.

Sarlat, enfin, ce fut l’accueil chaleureux de Mady et Jacques, en leur si jolie maison de pierres blondes. Et celui de toute l’Ă©quipe entraĂ®nĂ©e par Sylvie Faupin, la grande organisatrice de cet Ă©vènement sarladais.