Mes vies

rubon166

Première vie

Je suis née à Paris dans les années cinquante du siècle dernier. Mais ce n’est qu’en 1984 que je m’y installe définitivement, après de longues années de vie en Israël, et que j’y poursuis alors une carrière, déjà bien entamée, dans le tourisme. Mais en 1994 tout bascule.

yael-hassan-jpg

Deuxième vie                                                                                                                                         

Après un accident de voiture qui m’immobilise durant de longs mois, je réalise qu’il va me falloir tuer le temps avant qu’il ne me tue et surtout que la vie est trop courte pour remettre à demain ce que l’on a envie de faire le jour même. Il me faudra tout de même deux ans, un concours de Littérature pour la jeunesse, et une rencontre avec une éditrice pour que le conte de fées, auxquelles pourtant je ne crois guère, se mue en réalité.

Vingt ans plus tard… Ă€ l’heure du bilan

… une cinquantaine de livres publiĂ©s et plus d’un million de livres vendus, je poursuis mon petit bonhomme de chemin, doucement, gentiment, presque discrètement, dirais-je. Avec de grands bonheurs mais aussi des dĂ©ceptions, des dĂ©sillusions, une douce amertume. Aucun des projecteurs « institutionnels, mĂ©dias spĂ©cialisĂ©s, ou autres organismes qui ont la haute main sur la littĂ©rature de jeunesse n’ayant jamais daignĂ© se pencher sur mon travail, se frayer d’un article, d’une mise en lumière, j’ai creusĂ© seule ma route, Ă  force de rencontres Ă  un rythme effrĂ©nĂ© et de travail acharnĂ©.  Je dois d’ĂŞtre encore dans ce mĂ©tier Ă  quelques Ă©ditrices qui ont toujours cru en moi, Ă  des libraires (pour la plupart indĂ©pendantes), des documentalistes, des professeurs de lettres, des blogueuses et blogueurs enthousiastes envers lesquels va toute ma gratitude. Et sans oublier mes chers lecteurs et lectrices, jeunes et moins jeunes, sans qui je ne serais rien.

J’ai eu Ă  affronter quelques tempĂŞtes Ă©galement, des visĂ©es malveillantes, des atteintes sournoises, des courriers infâmes. On ne peut certes pas plaire Ă  tout le monde mais peu d’auteurs jeunesse ont eu, comme moi, Ă  essuyer de telles inimitiĂ©s…

Mais j’y aurai Ă©galement fait les plus belles rencontres, nouĂ© les plus solides amitiĂ©s, connu les plus grands fous rires et Ă©motions.

Et c’est cela que je retiendrai.

Et c’est en cela que la littĂ©rature jeunesse est grande

Et c’est pour cela que je poursuivrai cette route pour mon plus grand bonheur… Et le vĂ´tre, j’espère.